Galerie @commerce des reproductions et affiches des oeuvres Ydan Sarciat - éditées sur papier ou toile signées manuscrite par l'artiste
SITE DE L'ARTISTE
visitez le site Google de l'artiste
Mon Bllog
visite du blog ydan
Carte cadeau
Offrir un bon d’achat
FRAIS DE LIVRAISON OFFERTS
Dès 49€ d'achat ! (en france)

L’artiste avec les mots

Peintre du mouvement,

… du geste,

… de l’élan,

… de l’envol,

voir même… peintre du jaillissement !

Ceux qui connaissent,

ceux qui apprécient,

ceux qui aiment l’homme et son œuvre,

le confirment bien volontiers.

Ces qualificatifs éloquents,

lus ou entendus ça et là,

au hasard des multiples évènements

jalonnant la carrière d’Ydan Sarciat

(vernissages, salons, expositions, reportages… )

ne sont que reconnaissance du talent de l’artiste.

Et pour en témoigner,

comment ne pas évoquer

cet aérien joueur de pelote

à la chistera brandie comme un trophée,

la course de ce brillant attaquant de rugby,

reconnaissable entre mille.

Ou encore, toujours le rugby, ce défenseur

-ah ! l’acuité du regard du peintre

dans l’agressivité de l’épaule !-

D’où vient cette impression fugitive,

d’un joueur métamorphosé en panthère noire,

prête à bondir… à jaillir ?

Et la danse envoûtante d’une fière gitane,

en communion parfaite

-même mouvement, même couleur de robe et de cape-

avec son Escamillo

combattant là-bas, pour elle,

dans une arène de feu.

Ne percevez-vous pas le bruissement de l’étoffe

derrière la voix rauque et passionnée

d’un chanteur-guitariste invisible ?

Mais tournons la page et suivons Ydan

en partance pour ces terres lointaines

-ces pays sucrés doucement-

les Antilles, « ses » îles dont il parle

avec autant de chaleur qu’il les peint.

Et c’est alors un chatoiement de couleurs

éclaboussant les toiles, un soleil toujours généreux

justifiant le port de ses grands chapeaux de paille,

des paysages à la simplicité radieuse,

et une guirlande de personnages

aussi vrais qu’attachants.

C’est une vieille dame s’éloignant sur un sentier,

l’âge, la poussière du chemin se devinent, bien palpables.

C’est toute la tendresse maternelle

dans le portrait pudique de cette femme allaitant.

C’est le dos d’ébène du faux esclave enchaîné,

le peintre et son modèle unis pour dénoncer ainsi

ces temps honteux et iniques.

C’est lui ou elle, c’est une famille, des amis, une fête…

les maisons, les arbres, les plages, les criques,

et la mer toujours présente, si bleue, si attirante.

L’artiste ne serait-il pas saisi, parfois,

d’une envie insatiable, d’une frénésie de peindre ?

Comme s’il avait voulu emporter avec lui,

à l’heure du retour vers les villes sans âmes,

les images des êtres et des lieux chers à son cœur.

Ce besoin vital, doublé d’un esprit curieux et inventif,

le conduit à explorer sans cesse

de nouvelles disciplines…

les fresques de plus en plus imposantes,

la sculpture, à petite, puis maintenant à grande échelle,

ou de bien étranges techniques,

acquises, assimilées, utilisées dans un seul but,

créer !

Allons ! Oublions étiquettes et qualificatifs

et refermons sans bruit l’atelier du Peintre.

 

Eric Platel

Afin de vous offrir une expérience utilisateur optimale sur le site, nous utilisons des cookies fonctionnels qui assurent le bon fonctionnement de nos services et en mesurent l’audience. Certains tiers utilisent également des cookies de suivi marketing sur le site pour vous montrer des publicités personnalisées sur d’autres sites Web et dans leurs applications. En cliquant sur le bouton “J’accepte” vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre page “Informations sur les cookies” ainsi que notre “Politique de confidentialité“. Vous pouvez ajuster vos préférences ici.