Galerie @commerce des reproductions et affiches des oeuvres Ydan Sarciat - éditées sur papier ou toile signées manuscrite par l'artiste
SITE DE L'ARTISTE
visitez le site Google de l'artiste
Mon Bllog
visite du blog ydan
Carte cadeau
Offrir un bon d’achat
FRAIS DE LIVRAISON OFFERTS
Dès 49€ d'achat ! (en france)

La Chapelle de Gourby quelle est son histoire ? 

LA CHAPELLE DE GOURBY

LA CHAPELLE DE GOURBY

1) Origine du nom "Gourby"
2 hypothèses:

  1. La première fait référence à l'invasion des Sarrazins en 732, sous la conduite d'Abd-er-Rahman. Et on suppose que des éléments de l'armée maure campèrent en ces lieux et l'appelèrent "gourbi" : ce qui désigne en Afrique "un lieu sans bois, sur lequel une tribu a planté sa tente".
  2. La seconde, d'après le chanoine Foix, historien landais, prétend que le mot viendrait du latin
    "'corvus" ou "corbera", signifiant : pays des corbeaux

2) Historique de la chapelle

Cette chapelle date du XIIIe siècle. Elle est tout ce qui reste du Prieuré bénédictin de Gourby, qui dépendait de l'Abbaye de Cagnotte fondée vers l'an 900 par des moines bénédictins : Le prieuré de Gourby doit son origine aux bénédictins de Cagnotte. L'abbaye de Cagnotte elle-même fut fondée selon toute probabilité, vers l'an 900. Déjà à cette époque et depuis 300 ans, la ville de Saint-Sever possédait une célèbre abbaye bénédictine. Au cours des années, l'Abbaye de Cagnotte, après bien des vicissitudes, connut un essor florissant. Elle devint riche, puissante et prospère, grâce aux donations des maisons vicomtales d'Orthe et d'Aspremont, dont la souveraineté s'étendait très au-delà de la région des gaves. L'Abbaye de Cagnotte, vers l'an 1100, connut une célébrité comparable à celle de l'Abbaye bénédictine de Saint-Sever, dont elle devint l'émule et la rivale. Elle dut même, a un certain momen it songer a « essaimer ». C est ainsi qu'une dizaine de prieurés furent fondés en pays d'Orthe, et dans les Landes, particulièrement à Poyanne, à Mano et à Gourby.
Pourquoi à Gourby ?
A la fin du XIle siècle, selon la « Gallia christiana », Arnauld, Guillaume Bertrand, évêque de DAX - de 1168 à 1179

- aurait reçu Gourby par donation du vicomte d'Aspremont. Comme il

avait été lui-même père abbé de Cagnotte avant son élévation à l'épiscopat, il aurait offert Gourby aux moines de Cagnotte qui cherchaient à essaimer à ce moment-là et ceux-ci y auraient installé un prieuré. On sait par l'histoire, que les moines, les moines bénédictins plus spécialement, furent de grands défricheurs, de grands bâtisseurs et de grands meuniers. Ils établissaient de préférence leurs abbayes ou prieurés dans des régions solitaires, près de points d'eau assez abondants pour faire tourner leurs moulins. Les moines de Gourby bâtirent sur leur prieuré, qui s'érigeait au confluent de deux ruisseaux, un moulin, dont on voit encore les ruines. Le ruisseau de Gourby, au débit clair et abondant, qui coule au pied de la chapelle, fit longtemps tourner cinq moulins sur son parcours : Gourby, Escomeboeuf, la Nave, Jouanin et Ascles. Dans les Archives de l'Abbé

Foix, historien landais, on peut lire qu'« il fut une époque où le prieuré, abrita de nombreux moines »... Mais vers le milieu du XVe siècle les luttes religieuses entre le Béam calviniste et le pays d'Orthe catholique, jetèrent la désolation dans toute la région. La présence des moines à Gourby se maintint durant environ trois siècles.

L'abbaye de Cagnotte eut à souffrir la première des luttes religieuses. Détruite par les huguenots

(1566), elle ne se relèvera pas de ses ruines. Gourby ne pouvait lui survivre, tenant toute « sa respiration » de l'Abbaye de Cagnotte. Les moines se dispersèrent et l'Abbaye ne fit plus que végéter misérablement. Aussi, le 9 avril 1740, l'Abbaye tout entière fut annexée à l'évêché de DAX par un décret de Mgr Suarez d'Aulan, qui en affecta les revenus à son Séminaire. Cette annexion fut confirmée au mois de juillet par lettre patente de Louis XV. A partir de cette date, Gourby cessa d'être un "prieuré" proprement dit et devint annexe paroissiale, tantôt de Magesco, tantôt de Rivière et Saubusse - à nouveau de Magescg et finalement de Rivière. Durant toute cette période qui va de 1730 à 1882 les desservants de Gourby continuaient de garder le titre de prieur, titre purement nominal. Depuis 1882, ce sont les curés de Rivière qui assurent le seryice de l'antique chapelle de l'ancien prieuré bénédictin Saint-Blaise de Gourby.

Culte de saint Blaise

Gourby a conservé de temps immémorial le culte de Saint Blaise. Chaque année le 1er dimanche de février, le plus prés du 3 février (fête de Saint Blaise), une foule nombreuse vient chanter les louanges et implorer l'intercession de Saint Blaise. Mais combien viennent encore, au fil des jours, isolément, s'adresser à lui ! L'intercession de ce grand Saint s'est révélée efficace en ce lieu.

Rien d'étonnant à cela quand on sait que Saint Blaise est le premier des sept saints « auxiliaires » que l'Eglise invoque pour son pouvoir particulier sur les corps.

Que les mamans ne craignent pas de recommander leurs jeunes enfants à Saint Blaise. Que les malades et les infirmes surtout les malades de la gorge aillent à Gourby implorer le secours de ce grand saint. Que les cultivateurs et les résiniers s'adressent à lui pour attirer les bénédictions de Dieu sur leurs récoltes, protéger leurs pins contre l'incendie ou éloigner les maladies de leurs étables.

Chaque année, après la messe du 3 février célébrée dans la chapelle de Gourby, la coutume voulait que le prêtre bénisse deux cierges qui étaient appliqués en forme de croix sur la gorge des personnes qui en souffraient et qui, avec foi, imploraient la protection de Saint Blaise

Curiosités

a) La cascade

Les moines étaient de grands meuniers et ils s'établissaient de préférence dans des régions où se trouvaient « des points d'eau ». Le terrain, derrière la cascade, aujourd'hui transformé en prairie, servait d'assise à un lac où se déversaient les eaux de multiples sources, qui fusent de toutes parts aux environs immédiats. Les moines eurent tôt-fait d'utiliser la cascade pour faire tourner un moulin et pour élever non loin de la leur monastère

a) La fontaine

La tradition a toujours considéré la petite source d'eau, parfois légèrement sulfureuse, comme la fontaine de Saint-Blaise. Elle est accessible par un petit ponceau qui traverse le ruisseau sur la droite de la chapelle. Elle s'écoule d'une petite construction rustique en maçonnerie, qui en regle le débit. Elle n'est jamais à sec, même l'été par forte canicule. Elle est très bonne à boire.

b) La chapelle

Elle est du XIlle siècle. Sans doute fut-elle construite par les moines eux-mêmes. La muraille de la chapelle irrégulièrement percée d'étroites fenêtres et dépourvue de toute ornementation témoigne éloquemment de la pauvreté monacale vécue au prieuré de Gourby. En 1975, elle a bénéficié d'une restauration par les soins bénévoles de ses habitants. Ces dernières années, comme elle menaçait de s'effondrer, d'importants travaux de restauration ont été effectués en

2006 : le financement provenait essentiellement de la municipalité gestionnaire qui a la charge de son entretien et des dons versés à l'association de la chapelle.

- Le chœur: Il est entouré de boiseries avec au centre un autel en bois sculpté polychrome. Sur le côté, un tableau représente saint Blaise en habit de cérémonie. Sur la droite, une statue en bois de la Vierge à l'enfant, dont les couleurs polychromes ont disparu, attend sa restauration.

La statue dite de "saint Blaise": Elle est en bois sculpté et date sans doute du XIVe siècle.

Elle représente Saint Benoît revêtu de l'habit bénédictin, la crosse et le livre de "la règle" en main. Pourquoi l'a-t-on attribuée à saint Blaise ? Gourby était un relais pour les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle et il est probable, qu'après le départ des bénédictins, la ferveur populaire estima que Saint Blaise par ses nombreux bienfaits et les retentissantes guérisons obtenues en cette chapelle s'était acquis des droits et des titres pour en devenir le patron.

Le crucifix en bois: Le crucifix très ancien, en bois sculpté au couteau est travaillé avec une grande finesse dans l'expression.

 

CE TEXTE EST ISSU DU PANNEAU POSE  SUITE À LA RESTAURATION DE LA CHAPELLE SAINT BLAISE DE GOURBY 2007

COMMUNE DE RIVIÈRE-SAAS-ET-GOURBY -;DRAC - CONSEIL GENERAL-CRÉDIT AGRICOLE - FONDATION DU PATRIMOINE - ASSOCIATION DES AMIS DES ÉCLISES ANCIENNES - ASSOCIATION CHAPELLE SAINT-BLAISE DE GOURBY.

BÉNEVOLES ET DONATEURS.

 

Intérieur de La Chapelle de Gourby

la statue en bois de gourby

Afin de vous offrir une expérience utilisateur optimale sur le site, nous utilisons des cookies fonctionnels qui assurent le bon fonctionnement de nos services et en mesurent l’audience. Certains tiers utilisent également des cookies de suivi marketing sur le site pour vous montrer des publicités personnalisées sur d’autres sites Web et dans leurs applications. En cliquant sur le bouton “J’accepte” vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre page “Informations sur les cookies” ainsi que notre “Politique de confidentialité“. Vous pouvez ajuster vos préférences ici.